Touche pas à ma forêt

Touche pas à ma forêt

Le plan d'aménagement d'une forêt, et en particulier, celui de la forêt de Longeville - La Tranche-sur-mer

L’Office Nationale des Forêts définit l’aménagement comme « l’instrument clef de la gestion durable des forêts ».

« La connaissance très précise des caractéristiques propres à chaque forêt permet d’orienter sa gestion à moyen et à long terme, dans le respect de la politique forestière et des principes de la gestion durable. C’est l’enjeu des aménagements forestiers, outils de planification des actions à mener dans les forêts qui relèvent du régime forestier (essentiellement les forêts domaniales) ».

« Chaque forêt publique fait l’objet, tous les quinze ou vingt ans environ, d’une étude approfondie par l’ONF. Cette étude débouche sur des décisions de gestion consignées dans l’aménagement forestier. De l’état des lieux à la traduction en actions des objectifs fixés, l’aménagiste suit une démarche adaptée aux enjeux, bien structurée par un plan type d’aménagement, pour aboutir à un document opérationnel ».

« La concertation est permanente tout au long de la procédure d’aménagement des forêts relevant du régime forestier. Elle permet d’aboutir à des objectifs et programmes d’actions négociés. Pour les forêts domaniales, une démarche de concertation avec les représentants des communes de situation et limitrophes, dans un souci d’information et d’écoute réciproque, est maintenant systématiquement mise en œuvre (loi de 2001) ».

« L’aménagement forestier est le maillon essentiel de planification de la gestion d’une forêt. Préparé par une étude minutieuse sur le terrain, il ne peut être mis en œuvre qu’après avoir été validé par le propriétaire et l’ONF, puis approuvé par arrêté ministériel pour les forêts domaniales.

Le document d’aménagement fournit des informations détaillées à la fois au propriétaire de la forêt quant à l’avenir de son patrimoine, et aux forestiers qui doivent mener à bien le programme d’action tout au long des quinze à vingt ans d’exécution de l’aménagement forestier. Ils doivent pouvoir le consulter facilement, y trouver rapidement des prescriptions claires, conformes aux vœux des propriétaires.

 

L’ONF avait  prévu d’intervenir sur environ la moitié du massif de Longeville (612,70 ha sur 1225 ha).

Seuls 51,25 ha soit 4,18% de la forêt étaient en régénération naturelle (coupes rases).

Or, toutes les coupes effectuées à ce jour sont des coupes de régénération naturelle ou coupes rases.

Aucun élément de ce programme n’est respecté.

 

Un élément majeur du plan d’aménagement : Monsieur COCHET, directeur régional par intérim, nous a annoncé que toutes les coupes seront dorénavant des coupes de régénération naturelle ou coupes rases.

Un bilan à mi-parcours effectué par l’Office (document restant malheureusement interne à l’Office) aurait motivé cette décision. Un essai de coupe d’amélioration et de régénération notée EXT (extraction des vieux pins sur chênes verts existants) se serait révélé totalement décevant.

Cette décision lourde de conséquences pour notre forêt n’a  fait l’objet d’aucune révision  pourtant imposée par la loi.

Monsieur Cochet nous a expliqué que la longévité d’exploitation d’un pin était de 80 ans. Les programmes d’aménagement des forêts sont établis pour une période de 20 ans. Il faudra donc exploiter environ ¼ de la forêt pendant chaque période pour arriver à la totalité de la forêt au bout de 80 ans soit, en considérant que la surface boisée n’est que 1000 ha, environ  12,5 ha par an.

L’enjeu n’est donc plus de régénérer les pins âgés avant qu’ils ne perdent leur faculté de produire des graines viables comme nous le signalait Monsieur Cochet mais bien de produire plus de bois et au moindre coût (cf. les deux premières orientations du Contrat d’Objectifs et de Performances 2012 – 2016). Monsieur COCHET nous a clairement expliqué les contraintes actuelles : omniprésence de la mécanisation dans les travaux forestiers, difficultés de recrutement de bucherons pour les travaux manuels, manque de concurrence chez les entreprises d’exploitations forestières, disparition totale des scieries traitant les gros arbres (d’où la longévité d’exploitation des pins).

En absence de bilan global et sans programmation, il est impossible de respecter la politique forestière et les principes de la gestion durable des forêts. La marche forcée des coupes rases depuis 2011, visant à mettre en coupe le quart de la forêt en 9 ans au lieu de 20 ans est inacceptable.

 

 

Sans ce programme d’aménagement, les forestiers, eux-mêmes, semblent perdus.

Citons quelques réactions de leurs principaux syndicats :

Patrice MARTIN, agent patrimonial et responsable du SNUPFEN

« En fait, aujourd’hui, la part de travail informatique à fournir ne cesse d’augmenter. L’aspect commercial, ainsi que le court terme, sont mis en avant par les responsables de l’ONF ».

« Aujourd’hui, c’est la nature même du travail qui a changé ».

« On ne fait plus de la qualité, on dégrade la forêt ».

Bruno VIOUREUX, agent forestier, représentant SNUPFEN du personnel au comité d’hygiène et sécurité des fonctionnaires forestiers

« L’ONF, à sa création, avait pour but de rajeunir la forêt, de la renouveler. Mais, en mettant l’accent sur la dimension commerciale du métier, c’est la nature même du travail qui a changé ».

« Aujourd’hui, on ne laisse pas pousser comme il faut, on vend trop tôt. On cause des dommages aux bois. Ce type de gouvernance n’a pas d’avenir ».

Duné SANTELLI, technicien forestier, responsable du syndicat STC de l’ONF

« Actuellement, sur un massif forestier, qu’il soit communal ou territorial, il existe un aménagement, document qui définit sur une période donnée (20 ans) tout ce qu’il y a lieu de faire sur cette forêt, en termes de prélèvement de bois, travaux forestiers ; En fait, une gestion complète du massif afin de le pérenniser. Sans cela, le massif sera purement et simplement à l’abandon ».

 

Rencontre-du-12-juin-2015-1--re-partie.pdf 

 

 

Le rêve étant permis et pas encore taxé, ces quelques clichés de notre forêt mais sur le territoire de Jard et Saint Vincent sur Jard nous permettent encore d'espérer !

 

DSC00923.JPG


DSC00924.JPG
 

 

DSC00928.JPG

 

 

DSC00927.JPG

 

 



13/07/2015
6 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres